20 juillet 2006

Cachette de saison

Avant la fin de l'été... avant.T'en fais pas, va, ça va passer. Mes reniflements et mes yeux décomposés. Je vais la décaper, la mélancolie de mon regard, comme tu frottais le trait de crayon noir qui cernait mes paupières. Ne t'inquiète pas, c'est du blues, tu sais bien que ça rend l'âme triste de l'écouter dans la nuit. L'été. Je vais éteindre ça, vite fait.  Non, je ne te dérangerai pas, va. Ne te téléphonerai pas. Ne t'écrirai pas. Mes paroles sans voix, juste ici, pour les autres, pas pour toi. Comme ça, tu ne sauras pas le... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

14 juillet 2006

Tais-toi

Je le retiens, dans sa muselière. Qu'il ne soit pas trop bruyant, trop dégoulinant. Ça ne se fait pas. D'étaler ainsi les humeurs cachées. Je ne ferais pas pipi devant votre porte. Ici, c'est pareil. Je lui ai appris à respecter les yeux des autres.Pourtant... cela démange mon clavier, parfois. De vous parler de ce que je tais. Mais ne soyez pas sur vos gardes. Vous imaginez-vous vraiment que je pourrais... ? non, ne vous inquiétez pas. Le Ça a appris à se contenir. Le Ça.Qui se bouscule en postillons d'ébullition cérébrale. Qui... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 juillet 2006

J'en crève (expurgé)

Vous le voulez le quart d'heure de vérité ? Et bien le voilà. Et si vous ne voulez pas savoir, zappez,  zappez donc. Dans deux heures cette note sera remplacée par des X. Tout plein de X pour en rayer les mots. Les effacer. Ils n'ont pas leur place ici. Combien liront ceux-ci ? Une dizaine ? au hasard de clics, ou même des liens. S'il y a un commentaire je le laisserai, bien sûr. En trace. Comme une empreinte dans laquelle j'aurais glissé ma main. Les mots vrais. Ceux là. Vous voulez savoir ? Pourquoi j'écris, pourquoi je... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 21:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
29 juin 2006

Art-battoir aux Abattoirs

A vos marques ? Prêts, partez. Direction fascisme en marche. Allez, pas de chichis, je vous fais grâce des 6€ 90 du billet d'entrée. Il paraît qu'il se nomme "musée". D'art moderne. De Toulouse. Mais sous le web il vous taper "Abattoir" si vous voulez le trouver, le si bien nommé. Âmes sensibles, prêtes à vomir, allez, emboîtez donc mon pas. D'abord, l'apéritif. Pour vous émerveiller de sublimes photos, dignes d'un sublime APN, d'artiste bien sûr, ne soyons guère chiche. N'oubliez pas de lire le... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 mai 2006

Ravage

Il n'y a plus rien que cette vague amère, que ce flou dans le coeur, que ce mal dans les poumons. Plus rien que cette écharpe en corde de piano qui scie le dernier filet d'air à inspirer. Plus rien de vivant. Que l'absurde chagrin qui débarque et ravage tout. La cigarette au bout incandescent qui s'allonge sans pouvoir vivre autre chose que de se consumer en braise ardente. Les yeux qui piquent, qui brûlent, qui se noient dans 2 millimètres de flotte chaude. Cela prend tout, et les tripes se nouent, les lèvres se craquèlent. Le... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 20:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 mai 2006

Allez, va-t'en

J'ai franchi les sentiers escarpés qui menaient à toi. Mes pieds ont laissé les chairs s'endurcir d'avoir trop grimpé. Trop longtemps. Je suis arrivée là-haut, le regard fatigué, le coeur fier et làs. Je t'ai portée à bout de bras, à bout de souffle. Mes larmes n'ont jamais éteint tes braises. Jamais. Je ne te quittais pas des yeux, te haïssant parfois, comme aujourd'hui. Mais ne t'abandonnant pas en chemin, pourtant. Les escales furent courtes, mon orgueil m'a crié de ne pas te déposer ainsi n'importe où, sur le plateau... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 mai 2006

Allergie de mots

Il y a ces mots là, de la saison du chagrin, de la saison des mots-dits-sements de soi. Cela avait commencé par une soirée de printemps. Cet air qui vous gêne a provoqué l'à-l'air-gît. Vous pouvez en détailler chaque seconde tant elle vous a mis à mal. Cela avait débuté comme dans un conte, vous savez, avec la fée-clochette fine et joyeuse.Il y eut ce bruissements d'ailes. Et cette stridence légère que nul autre que vous n'entendait. C'était presque gai, presque inaudible. Puis la petite piqûre, d'un dard si fin que vous peinez à le... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 17:19 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
31 mars 2006

Tas

J'ai le droit. D'avoir les yeux bouffis et les lèvres gonflés de bulles de salive. J'ai le droit de laisser l'eau tracer des sillons verticaux sur mes joues. Et le crayon noir se dissoudre en flaques sales sur les pommettes. J'ai le droit de renifler, de ne pas me moucher, de râcler ma gorge. D'avoir la voix éraillée et les sanglots même plus étouffés. Je veux te crier ma rage, ma hargne, mon aigre et mon fiel. Je veux te hurler sans que tu ne l'entendes jamais. Cela te ferait trop plaisir de te savoir si important ! Je veux... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 08:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
11 mars 2006

Mais où est donc ORnicar ?

Moi ? Une pépite d'or ? Le plus pur ? disais-tu !  Tu pensais m'offrir une joie précieuse par ces mots ? me donner cette valeur qu'aucun code-barre ne chiffre encore ? Tu pensais me panser ? Me déposer sur un plateau délicat, en bijoutier de mon âme ? Me couvrir d'un voile pailleté ? Mais elle est dure, mon âme. C'est un roc. Bien loin de ce métal mou. Pas comme cet or rougi de tant de convoitises assassines, de tant d'égards veules. Tu pensais me rassurer ? Dorer le plomb qui m'enserre,... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 12:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
10 mars 2006

Silences à crever

J'ai besoin de mon silence. De museler la gueule béante de ma parole. D'être, laconique et sibylline. Écrire à l'encre sympathique. Des cris d'encre antipathique.Tuer les mots de trop au pilon consciencieux. Briser mes doigts sur les lignes figées. Dépiauter les lambeaux rugueux des lèvres gercées.Me taire et ronger ma douleur. Casser la coque, éclater les bulles de salive.Percer la trachée et siffler la parole qui fuit. Je veux m'oublier. Ligoter le souvenir de la vie.N'être, qu'invisible et soumise au néant.Courir les pieds... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 17:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]