Dédiée à un ami, qui est fasciné par les hirondelles (...)
non non et non, moi je suis une mouette, pour ceux qui se posent des questions, n'est-ce-pas M. Rebert ? Je devance ainsi votre commentaire du style "qui c'est celui là encore ? " Autre chose, vous avez vu, combien oh facilement vous avez compris que las arondas ça voulait dire les hirondelles ?
(...) cette courte poésie traduite de l'occitan (par son auteur).

Ah ! il y en a qui se sont réveillés au fond... "elle a des lectures bizarres, la mouette", j'ai entendu ! En réalité j'ai un ami (bizarre, je suis bien d'accord), qui adore fouiller dans les vieux livres. Et quand il pense vieillerie il a toujours une pensée pour moi.(...) Attendez, là, je viens d'avoir une révélation. (...) P'tain, il va se le recevoir dans la figure, son livre, ça ne va pas tarder.
Mais non, Mandraxx, toi c'est pas pareil ; tu m'as offert du théâtre de La Fontaine relié de cuir craquelé par le temps, tout emballé joliment, avec la plus adorable des dédicaces ! L'autre là, c'est un rustre qui me le prête juste, son bouquin !

Bref, revenons-en à la dédicace ; je pensais donc que son crayon (...)
à l'ami, pas au poète, le crayon. Et pas de commentaire oiseux du style "c'est un stylo, pas un crayon, qu'il a dans la main". Je le sais, c'est moi qui l'ais prise, la photo. C'est pour faire joli que je dis crayon, parce que on ne "croque" pas au stylo, m'enfin, quoi. Vous êtes dans une note poé-ti-que. Voilà. Donc on fait comme si tout était vrai.
(...) qui tente toujours de les croquer
(...)

Secret_d_hirondelle

mais non, pas les crayons, faites un effort, je parle des hirondelles.
Quoi ? Vous êtes fou ou quoi ? pas pour les manger vivantes ! Les croquer  = les dessiner

(...) n'était inspiré que leur vol si enjoué.
le vol des hirondelles, pas des crayons, bien sûr. Mais je sens maintenant que vous me suivez parfaitement. Puisque j'ai mis en gras et gros le texte à suivre d'un seul trait. Pour les cancres du fond, là bas.
Je sais maintenant
ben oui, je sais depuis que je l'ai lue, la poésie. Avant je le trouvais juste romantique avec les oiseaux, l'ami.
qu'il porte en lui le secret des hirondelles,  tout simplement.

Et voilà, j'ai dévoilé une part cachée de toi. Tu es piégé, ami, tout le monde (...)
( enfin...qui me lit, ça fait... pffff...presque un peu de monde... mais je ne suis pas là pour parler de mes statistiques, hein !)
(...) donc, tout le monde va désormais connaître ton secret.
Tu disais ? Pour que j'efface la note ? Combien ? Non, non, ce n'est pas assez.... hé hé....

Le secret des hirondelles

Seules dans la clarté du ciel. Noyées dans sa joie.
Et bâtisseuses, sous les tuiles, de leur nids.
Avec, toujours, au fond de la tête, cet espace sans fin du grand voyage, au-dessus de la mer.
Vers le désert, vers les blanches maisons éblouissantes, vers les palmes, vers l'eau tranquille de l'oued.
Ce choix entre deux mondes si différents.
Dont l'un est toujours le paradis de l'autre.
Et ainsi de suite.
Jusqu'à l'absence.

"BESTIARI" (Bestiaire) de Max Rouquette
Sophie Lambert, ma peintresse québécoise vient de m'envoyer par mail ses hirondelles à elle ! LES_HIRONDELLES

Et, pour le plaisir, parce qu'elle m'enchante.....
Le dire de l'araignée
     Je ne suis rien, je ne suis rien.
Rien qu'un défaut dans la lumière,
     rien qu'un petit flocon de laine,
flocon de fils dans la lumière.
     Je ne suis pas grand-chose.
De salive je fais des constellations,
     nébuleuses au fond de la lumière.
Sombre dans la lumière où tout est clarté
     et tout est lumière autour de moi.