Evidemment, à la voir, on ne croirait jamais qu'elle puisse être une serial-killeuse...
Parce qu'elle aime à tromper son monde.
Pourtant elle en emprunte la trace rougie, en goutte à goutte.
Ses yeux sont comme ces icebergs dont on croit qu'ils ont siroté un cocktail bleu des mers du sud.
Ne vous y fiez pas, il y a de la braise dans ce regard là.
Son sourire est comme une fenêtre dont les persiennes laissent apercevoir les rayons du soleil, en promesse de bonheur.
Mais ses dents sont celles d'une carnassière. De caribou peut-être ?
Ses doigts sont dits "de fée".
Mais Carabosse est aussi une fée, ne l'oubliez pas.
La fée qui se cache à Québec a joué avec du sable. Oubliant la neige le temps d'une saison. La perverse fée l'a incrusté,  grains de sable prisonniers pour l'éternité dans du papier. Elle a saisi ses pastels gras et doux, les a déposés sur du papier sablé, pour le crissement moelleux, pour les ombres. Puis a doucement estompé. Les forêts et les cascades et les cieux chargés de lumière. Et sa peau.
Elle est maintenant une vraie serial-killeuse potentielle, sans empreintes digitales.
Mais je donne une piste aux enquêteurs terrifiés qui suivent sa trace effacée et parsemée sur des toiles au relief crissant.
Regardez bien... vous voyez ces taches rouge sombre qui parsèment le sol ? Ces taches écarlates et parfumées ?
Oui, parfumées, ce qui est le plus étrange ; mais je vous avais prévenu qu'il fallait vous en méfier, de son air angélique.
Ce sont des gouttes de Daïkiri-fraise, sa boisson préférée.
Elle les choisis bien mûres, innocentes fraises jolies, les passant au mixer aux lames tranchantes pour satisfaire son vice.
Vous voyez bien, ce n'est pas difficile de la retrouver.

Ah, j'oubliais, suivez aussi ce cheval là. Elle fuit souvent, crinière au vent.

__tout_vent
Sophie Lambert