28 février 2006

Hélium en vente-libre

Ego ; tout pou pi dou... ti la la... ti tam... la la.....Cerveau ; quelqu'un sait quelque chose pour Ego ? Il a pris des dopamines ? Des stupéfiants à base d'Hélium ? Yeux ; chef, vous avez pas lu, ce matin ? Vous dormiez encore ou quoi ? Remarquez, Elle aussi, Elle était au ralenti, parce que si Arcadia ne le lui avait pas écrit, Elle ne comprendrait pas pourquoi ses stats s'envolent ; ça doit être de l'hélium, je ne vois que ça...Cerveau ; ça suffit de blablater, donnez l'information, Yeux, et un peu de respect ! J'ai un boulot fou,... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 07:58 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 février 2006

Dis-moi...

S'il t'arrivait quelque chose ? S'il m'arrivait quelque chose ? En impromptu de la vie, tu sais, en bête incident, en stupide accident. Comment saurais-tu ? Comment savoir ? Qui te téléphonerait ? Qui me préviendrait ? Qui saurait que, même étourdie d'anesthésiants, c'est ta main sur ma joue qui m'apaiserait ? Et Toi ? Il me faudrait donc attendre, le coeur serré, de savoir où tu es ? Tu m'as donné l'autorisation de venir te voir, si... Si un bête accident de la vie te privait de ta mobilité. Pas de drama, ni pathos, pas de... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 13:41 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
26 février 2006

J'aime que ....

J'aime. Deux mots pour une palette profonde comme le monde. Deux mots, si petits. Que l'on enferme dans son coeur. Comme dans une mallette si riche de sens qu'il lui faut un cadenas pour ne pas s'épandre à tout vent. Deux mots qui se gonflent en voiles, qui se déplient en ailes, s'enchevêtrent et s'entrechoquent. Se glissent, se savourent, se hument. Deux mots qui sont tout petits ou qui drapent une vie. J'aime le café. Et ta présence. Je t'aimerais, si cela pouvait te dire combien tu m'es précieux. Combien je te respecte et... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 17:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 février 2006

Mon savon bleu de Marseille

Pour sûr, cela ressemble à un savon. De Marseille. C'est gravé dessus ! Mais c'est une bougie. Qui sent bon le savon de Marseille ! Et, comme je m'étais fait prendre au leurre, j'ai voulu tester le pouvoir nettoyant de l'eau bleue des toilettes de Rainette. Enfin, pas moi, mais mon bracelet en argent. Plouf, dans de l'eau fraîche (ce qui m'a évité un repêchage périlleux). Et bien, vous savez quoi ? Ne sortez plus vos produits de nettoyage pour retrouver des objets en argent comme neufs ; rien ne vaut les blocs eau-bleue... Il... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 09:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
25 février 2006

Marseille, mosaïque....

Arcadia a su faire vivre en images ce que j'ai ressenti de Marseille. Peut-être parce que son enfance en a dévalé les ruelles étroites. Peut-être parce la Bonne Mère est dans son coeur, comme le parfum de fleur d'orangers dans les navettes que l'on croque avec un café. Pour moi, Marseille, ce sont d'abord ces falaises blanches, que mes yeux équarquillés voyaient s'approcher, accrochée aux passerelles. Revoir, quarante ans après ces quais... non, je ne peux même pas en parler... Quand le paquebot a amerri, atterri, accosté... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 20:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 février 2006

Violette de Marseille ?

Elle a des couleurs au bout des doigts, et a posé sa baguette magique sur mon blog. En cadeau ( un de plus ! ), ma nouvelle bannière ! Aux couleurs des violettes de Toulouse. Et oui, la ville rose a pour fleur cette délicate timide, qui tente de se cacher sous un feuillage vert. Merci Arcadia ! Et si vous voulez des nouvelles de mon séjour à Marseille, c'est ici, chez la grenouille, que ça se passe. Un post à six mains, de quoi se sentir chenille.
Posté par Mouette rieuse à 00:51 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

23 février 2006

Marseille, peuchère !

Me croirez-vous ? Je suis là, en Provence-Alpes-Côte d'Azur (ça, c'est juste pour faire rager ceux qui sont dans le Nord, c'est à dire au-dessus de Poitiers). Ma chambre était prête (Arcadia, tu es un ange), avec une connexion Internet illimitée à portée de main. Des murs m'entourent, dont l'enduit ciré vert d'eau laisse transparaître des ailes d'oiseaux. Je sais, je pourrais être n'importe où, mais je suis bien, ici ! A Marseille ! A midi,  elle était bien là, sur le quai de la gare. Nous avons du illico sortir nos lunettes... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 14:45 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
22 février 2006

J'arrive

Partir. Quelques jours. Laisser le train me faire traverser les régions. Partir, et savoir qu'Arcadia sera là, sur le quai de la gare. Partir, et savoir que Rainette a dégotté un petit restaurant "spécial".... Glisser dans le sac l'essentiel (mes moules à cannelés), le superflu. Quelques lunes de verre irisé à partager, comme un personnage de conte qui sèmerait sur son chemin. Partir et se retrouver un peu de découvrir l'autre. A bientôt.
Posté par Mouette rieuse à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
20 février 2006

Un Saint-Honoré ou des spaghettis bolognaises ?

En agrafes enfoncées dans le bois. Arrête toi...En colle qui se dissout. Pâte informe.Tu ne crois quand même pas, non...En punaises dont la tête éclate sous le coup du marteau. Mais enfin, tu penses  vraiment que (?)  En fiel dégueulé de la nausée.Tais-toi, le doute qui s'immisce...Et tout ça, pour quoi ? Je vous le demande ! Savez-vous pourquoi ? Pour une pécadille ! Celle qui a fait déborder ma colère. Rouge, verte ou noire, comme les prunes.  Parce que la ptite brune, qui n'aime pas compter pour des prunes, qu'on se... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 20:40 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
20 février 2006

Aveuglée

Je ne l'avais pas vue, même les yeux grands ouverts.Juste ressentie, parfois, en frissons doux, dans son regard.Bien sûr, il y avait ses cicatrices fines, nacrées. Elles en étaient devenues jolies d'être familières. Bien sûr il y avait ses mots, parfois aussi violents que coups de haches. Mais j'étais toujours aveuglée. Par ses voiles.Elle portait une burka de soies transparentes et superposées. Cela lui donnait un charme fou.Je m'y laissais prendre, comme un mirage trompe le marcheur.J'ai bien du ouvrir les yeux quand elle a appuyé... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 13:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]