La petite sirène plongeait dans l'eau bleue de sa vie.
bleue
L'homme tira doucement les fils de son paradis bleu, et elle se rêva sur un tapis de mousses vertes.

verte

Il lui apprit ce pays étrange où la neige s'empare des rêves des hommes.
La petite sirène blanchit son âme bleue quand le baiser de l'hiver caressa sa joue.

blanche
Toiles de Sophie Lambert

Sophie avait peut-être la jolie histoire qui suit au bout de ses pinceaux. C'est elle qui me l'a transmise, par mail...
Est-ce Morgane ? cette sirène aux visages mouvants comme les flots ?


Gradlon régnait jadis sur la Cornouaille  entouré de deux saints qui le conseillaient, le moine Guénolé et l'ermite Corentin dont il avait fait son évêque en lui donnant son château de Quimper. Le roi avait une fille, Dahut, belle bien entendu, pour laquelle il avait fait construire une ville magnifique : la ville d'Ys. Cette ville, située sur la baie de Douarnenez était protégée de la mer par des digues et des écluses dont le roi gardait la clé. Dahut y menait une vie de douceurs et de plaisirs. Un jour, sur la digue, elle rencontre un séduisant chevalier qui la convainc de dérober les clés  que son père conserve autour du cou. Profitant du sommeil du roi elle s'en empare et les remet au chevalier rouge qui n'est autre que le Diable... Celui-ci ouvre alors les écluses et la ville est envahie par les flots. Seuls Gradlon monté sur son cheval Morvac'h et Guénolé réussissent à s'échapper, non sans que saint Guénolé n'ait convaincu d'abandonner Dahut à la mer. Noyée, celle-ci se changea, dit-on, en une sirène, Morgane, qui s'acharne toujours à perdre les marins...