30 novembre 2005

Quelques mots...de ton fils

Ca tanguait.Elle s'accrocha à son bureau. Lisait, relisait, les mots en tempête. Les imprima, les plia, déplia, lu et relu.Elle avait le mal de mère.Il lui faisait son procès, c'était comme cela qu'elle le lisait. Son message commençait ainsi "Quelques mots...". Dans la salle vide, le plaignant accusait. Le plaignant, devenu adulte, lui faisait un procès. Entouré de mots qui réconfortent. Comme ces lettres terribles, où une seule phrase, au milieu, annonce la mauvaise nouvelle.Elle pleura. Accrochée à son bureau. ... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 19:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

30 novembre 2005

Il rentra à la maison

Les enfants l'attendaient. Non !  ils étaient là, tout simplement. Lui aussi l'attendait, sans vraiment attendre, comme eux. Il avait commencé à feuilleter le journal, mais ne parvenait pas à le lire. Elle allait bientôt rentrer, ouvrir la porte en coup de vent. Elle, sa familière, sa compagne, son épouse, sa femme. Lui poserai un baiser plein de tendresse sur la joue, raconterai sa journée. Elle racontait si bien ! En ponctuant ses phrases de son geste familier. Elle aimait relever une mèche blonde; la glisser derrière... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 17:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 novembre 2005

Un sourire ? Un petit ?

C'est tellement facile de faire pleuvoir l'émotion. D'émouvoir. Tellement facile. Le rire, ou même le simple sourire, avez-vous remarqué comme les mots ne s'y prêtent guère ? Ou alors, le plus souvent, accompagnés. Comme dans les bandes dessinées. Seul Gaston Lagaffe a réussi à m'arracher des éclats de rire, par exemple. Et j'ai connu certains s'étouffant en lisant "Zazie dans le métro" (pas moi, je n'aime pas !). J'avoue un faible pour "Le petit Nicolas" qui a bercé mon enfance, j'en ri encore ! Mais comme... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
29 novembre 2005

Cher papa Noël ( lettre en brouillon) )

Parce que l'âge ne fait rien à l'affaire, je veux croire que tu existes.Parce que, en premier lieu, on va faire "comme si", d'accord ? "Comme si" on ne mourait pas encore de froid ici. Comme si on avait tous un toit. D'accord ? Et puis aussi "comme si" il n'y avait pas des victimes, hommes-femmes-enfants, dans le désordre, tu sauras bien remettre tout ça à sa place, pas vrai ? Tu n'oublies pas que les enfants deviennent des Hommes ? Enfin, quand on leur en laisse le temps, et le droit aussi.... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 18:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
29 novembre 2005

Voiliers

Pour Sophie Lambert, d’une Mouette de France De guingois?Mes voiles, ma coque ?De guingois ? Mais alors l’Océan lui-même devrait-il n’être que Mer morte?Savez-vous que même les lacs enchâssés connaissent la houle due au vent ?Savez-vous que ce qui naît de mes pinceaux ne m’appartient pas tout à fait ? Que l’objet projeté a pris vie ? M’échappe ? Se défend de son existence ceinte de bois rigide ? Comprenez-vous que quand je les ai déposés sur les flots ils ont pris le large, m’ont fuie ? Mes bateaux... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
28 novembre 2005

Papa Noël, c'est vous ?

28 Nov, 21:49:47 1 Christmas Island www.google.fr Linux i686 Firefox 1.0.4
Posté par Mouette rieuse à 22:08 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

28 novembre 2005

Reviens...j'm'en moque d'être égoïste

Non, ne t'envole pas si haut. Reviens, petit papillon bleu. Oui, il fait froid ici, mais tu ne sens plus cela, ne l'oublie pas. J'ai besoin de toi, de tes mots d'espoir, même à l'approche de la mort. J'ai besoin de ta force, de ta lutte, de tes mots. De ta main. Je voudrais retrouver cela, un peu. Je voudrais malaxer la terre avec toi. Et t'entendre me dire que je fume trop. Je voudrais que tu me dises que la vie est pleine. De ce que je ne vois pas parfois à trop m'aveugler. A buter comme papillon de nuit sur la lumière. Dis,... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 21:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 novembre 2005

Pâte à papier

Elle prit les feuillets noircis. Y avait glissé son âme aux ailes transparentes. Y avait dessiné les sourires aux éclats. Y avait versé ses larmes en cristaux de sel.Elle prit les feuillets en mots écrits. Noirs sur blancs. En duo simpliste.Ses ailes avaient rencontré un nuage de suie. Ses larmes ne savaient plus. Non, elles ne savaient plus.Les feuilles portaient l'empreinte de ses doigts aux jointures blanchies.Elle se haïssait. De n'y avoir pas pensé avant. Les mots en feuilles ne retournent pas à la terre. Les mots en feuilles ne... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 18:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 novembre 2005

Une histoire des sens 24)

Toi et Moi, en étreinte éperdue de s'être crue évanouie. Étreinte de la malice et de la naïveté en crépitement de rires. La pluie glacée faisait briller les trottoirs, le flamme de la bougie vacillait derrière le vitrail.Leurs mots se chuchotaient, comme si même l'ombre avait besoin de secrets, leurs couleurs de se fondre. Les mois passaient, égrenant les joies et les peines, l'absence en écrin. Le temps passait, les saisons filaient. Les pousses vertes avaient durci les segments nouveaux-nés. Les frimas, doré les dentelles feuillues,... [Lire la suite]
Posté par Mouette rieuse à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 novembre 2005

Parfums d'été

Il fait bien trop froid ! Et aujourd'hui, nous avons parlé de la Toscane, berlioz et moi. Cela m'a rappelé le petit restaurant italien où nous avions mangé à Paris (pan sur les doigts, je ne sais plus où, près de Beaubourg ? Donc dans le Marais ??? ). Alors voilà, malgré les grosses gouttes de pluie gelée qui s'écrasent en cadence depuis ce matin, malgré le froid glacial... ici, ça sent le soleil !
Posté par Mouette rieuse à 19:08 - - Commentaires [11] - Permalien [#]